Le bonheur, un état d’esprit ?

Lorsque j’enseigne que le bonheur est un état d’esprit, je vois souvent une mine sceptique ou incrédule chez certains étudiants, et c’est bien normal. Cette notion peut-être comprise comme une injonction ou une croyance à laquelle je proposerais d’adhérer. Un peu comme si je lançais « Vous réussirez si vous le voulez vraiment ! ». Le scepticisme serait tout à fait justifié car cette injonction ne tiendrait pas compte de nombreux facteurs comme les capacités de la personne au regard du projet, les circonstances extérieures, etc.

L’affirmation selon laquelle le bonheur est un état d’esprit n’est ni une injonction ni une croyance, c’est une réalité. Le bonheur est en effet une sensation. Le bonheur est un ressenti, un bien-être profond, une paix intérieure, une joie profonde. Peu importe les mots utilisés pour le décrire, le bonheur est un état d’esprit, c’est-à-dire une expérience intime, intérieure et propre à chaque personne. Le bonheur n’est en aucun cas descriptible en termes matériels ou circonstanciels. Il ne peut l’être qu’en termes de ressentis, éventuellement au regard de telle ou telle circonstance, et il en va de même pour le malheur ainsi que pour tous les états d’esprit.

David