Se préparer à méditer

D’après mon expérience personnelle, une bonne préparation à la méditation formelle en améliore grandement la qualité.

Lorsque j’ai commencé à enseigner la méditation, je n’ai pas beaucoup insisté sur ce point, et puis un jour, je me suis aperçu que je passais presque autant de temps à me préparer qu’à méditer. Il était temps de travailler la question et de transmettre…

En méditation laïque, il existe autant de façons de se préparer que de méditants. Il est difficile, voir hasardeux de tenter la formalisation. Quelques conseils semblent tout de même bénéfiques:

  1. Juste avant, pas de TV, pas d’écran ni même de radio ou d’activité qui solliciterait trop les sens. On évite l’agitation, on commence tout doucement à se tourner vers l’intérieur. Une petite activité en pleine conscience sera bienvenue (un petit déjeuner par exemple).

  2. On prévient les membres de la famille qu’on va méditer, si nécessaire, pour éviter d’être dérangé.

  3. On coupe le téléphone, on ne médite pas avec le téléphone à côté de soi.

  4. On laisse sur le papier, à l’extérieur du lieu de méditation, son emploi du temps de la journée et autres activités à venir.

  5. On nettoie l’environnement, on range, on dépoussière.

  6. On optimise, autant que possible, lumière et température.

  7. Si nous méditons devant une table sur laquelle sont disposés des objets inspirants, nous nous assurons que tout est en ordre. Une bougie, des fleurs ou de l’encens créent généralement une ambiance propice à la méditation.

  8. La lecture d’un texte inspirant, en lien avec la méditation, est souvent bénéfique. Un texte assez court, bien choisi, dont on se nourrit et sur lequel on se pose.

  9. Quelques exercices respiratoires puisés dans un cours de yoga seront bienvenus. Pour ma part j’utilise fréquemment « les trois souffles » découverts il y a plus de 20 ans dans un centre bouddhiste. Les sophrologues qualifient très justement cette pratique de « relaxation dynamique ».

  10. On se recentre, on génère une motivation fondée sur nos aspirations profondes. On s’installe dans le silence … et c’est parti !