La régularité en méditation

En méditation la régularité est essentielle. Méditer au moins une fois par jour, ne serais-ce que 10 minutes peut apporter de grands bienfaits. La méditation fonctionne par familiarisation. Au fil des jours, méditation après méditation, imperceptiblement, nous nous familiarisons avec cette paix intérieure toujours présente en notre esprit. Petit à petit nous l’apprécions, elle s’instille dans notre vie et éventuellement nous nous identifions à elle.

Pourquoi certains d’entre nous ont-ils tant de difficulté à être régulier dans leur pratique ?

Cela peut tenir à plusieurs facteurs dont voici quelques un:

  • Une motivation fragile, trop peu claire ou insuffisamment ressentie au niveau du cœur: J’ai souvent remarqué que les méditants particulièrement réguliers avaient une forte motivation qui découlait d’un vécu intensément douloureux. Dépression, deuil, maladie grave etc. Ils remercient parfois ce drame dans leur vie qui leur a ouvert les yeux, qui leur a permis de progresser. Cependant nous n’avons pas tous vécu ce type de drame. L’important est alors d’aller chercher de solides fondements pour sa motivation dans une prise de conscience sincère et profonde. Le fait que nous ayons essayé toutes les autres méthodes en vain ne suffit pas toujours à nous tourner vers la méditation. Il faut parfois aller chercher des prises de conscience plus marquantes, plus choquantes peut-être. Je pense à la perspective de la maladie et de la mort ou au non sens de leur vie que certains perçoivent.

  • Le fait que, tout simplement notre esprit vagabond, déteste la méditation: Il déteste se poser, il déteste le silence, il ne supporte pas l’absence de stimulations. Il veut des émotions fortes, il a besoin de plaisirs sensoriels, il a besoin que ça bouge. Il nous dit « j’ai envie de vivre ! j’ai envie de vibrer ! ». Il est important de contempler cela et de l’accepter. On ne se bat pas contre cet esprit vagabond. De cette lutte ne pourrait naître la paix. On le laisse faire sans s’en préoccuper. Il s’épuise tout seul et parfois abdique pour quelque temps. Quant au plaisir de vivre, les méditants expérimenté vous diront tout le bonheur qu’il y a à vivre une vie pleine de sens ou le cheminement vers la paix et la liberté prime sur toute autre considération.

  • La difficulté à réaménager sa vie: La décision d’entrer dans un cheminement méditatif nécessite d’être prêt à changer ses habitudes, à modifier quelque peu ses horaires, ne serais-ce qu’un quart d’heure par jour ! Cette difficulté est bien entendu en lien avec la motivation. Nos vies sont tellement ancrées dans nos habitudes !

  • Le fait d’être fortement tourné vers les plaisirs sensoriels, les valeurs ou les croyances matérialistes: Nous sommes quotidiennement soumis à la publicité et aux multiples influences qui affirment, ou plutôt qui assènent « Le bonheur est matériel, gagnes ta vie, achètes ceci ou cela et tu seras heureux ! ». Pour contrer ce flot quotidien d’affirmations matérialistes il faut être solidement armé de raisonnements, donc de connaissances acquises à l’écoute d’enseignements sur la méditation, sur le fonctionnement de notre esprit etc. C’est là que les enseignements théoriques trouvent toute leur utilité. En les assimilant, en les expérimentant, nous gagnons en lucidité et en liberté. Nous nous tournons alors vers une pratique qui prend soin du siège de toutes nos expériences: notre esprit.

je souhaite de tout cœur que ces quelques pistes vous permettent de progresser.

David